La reconquête des bords de Saône à Anse prend forme avec le début des travaux du nouveau Port du Rhône dans la zone du Bordelan. En outre, cette réalisation touristique et économique sera compensée par d’importants aménagements visant un gain de biodiversité.

C’est un ancien et ambitieux projet qui voit enfin le jour. A la fois port de plaisance, pôle d’activités et pôle de loisir, le site du Bordelan signera la reconquête des bords de Saône malmenés depuis des décennies par la construction de la voie ferrée puis de l’autoroute A6.

Un nouveau port au nord de Lyon

Ce nouveau Port du Rhône, entre l’autoroute et une boucle de la Saône au sud de Villefranche, est porté collectivement par la commune d’Anse, la communauté de commune Beaujolais Pierres dorées, le Département du Rhône, la Métropole de Lyon et l’Agglomération de Villefranche Beaujolais Saône. Les collectivités locales ont choisi la SERL pour conduire ces travaux et la société Hélios Fiducie mènera les opérations de compensation environnementale.

Au total, ce projet (25 millions d’euros sur 64 ha) comprendra le creusement d’un bassin de plaisance, un port à sec, un secteur d’activités économiques (13 hectares le long de l’autoroute), un pôle de vie et des hébergements touristiques.

Une fiducie sécurisera la compensation environnementale

La zone impactée par ce projet concerne majoritairement des boisements, des friches humides ainsi que des milieux artificiels. Des milliers de mètres cubes de remblais issus de l’activité du BTP ont en effet  été déposés là au fil des années.

En 2016, la SERL a fait réaliser un inventaire complet de la faune et de la flore pour permettre d’identifier les enjeux et les impacts sur la biodiversité. Il a ainsi été mis en lumière la présence d’espèces sensibles comme, entre autres, le Guêpier d’Europe (oiseau) et la Laîche à épis noirs (graminée). La SERL a confié à la société Hélios Fiducie (Lyon) les opérations de compensation environnementale. En effet, la « Loi sur la biodiversité » d’août 2016, renforce l’obligation de compensation. Tous les projets d’aménagements qui occasionnent des atteintes à la biodiversité doivent les compenser. Des règles précises indiquent les surfaces à compenser et le temps durant lequel ces surfaces doivent être sanctuarisées.

Gain de biodiversité au futur Port du Rhône

Ainsi, par un mécanisme innovant, la fiducie, la société Hélios Fiducie va réaliser le programme de compensation prescrit. Elle fera exécuter des aménagements favorisant la biodiversité et garantissant leur pérennité pour les années à venir. Portant sur 30 hectares à proximité du Bordelan et 7 ha sur le site même, cette opération de compensation environnementale est la première du genre en Auvergne-Rhône-Alpes depuis l’adoption de ce texte.

En conséquence, en signant le 12 mars 2019 l’arrêté préfectoral autorisation les travaux, les pouvoirs publics ont lancé le signal de ce nouvel équipement intégrant un programme de gain de biodiversité.